Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police    Restaurer la taille de la police

Responsables :
 Dr. Cristina Tumiati
 Dr. Adela Gutiérrez
 Dr. Miriam Castaldo
 Dr. Gennaro Franco
 Dr. Teresa D’Arca

Lundi et mercredi de 10h00 à 16h00

Dans le cadre de l’INMP, le service de Psychologie et Clinique Transdisciplinaire d’Orientation Ethnopsychiatrique « Géographie du corps » constitue un espace sanitaire public pionnier. On y réalise des activités cliniques (diagnostic, thérapie, consultation, soutien psychologique) pour immigrés et autochtones, et des activités de recherche autour du sens du mal ressenti par les personnes qui s’adressent à notre service, et autour des actions thérapeutiques appropriées pour le traiter. L’équipe du service est constituée par des psychologues, anthropologues, médiateurs culturels et médecins qui réalisent des parcours de recherche et formation sur la complexité du dispositif ethnopsychiatrique et sur les diverses formes complexes de souffrance dont les patients sont porteurs. Ce service accueille des personnes dont les corps socioculturels sont souvent érodés par les problématiques croisées pendant le parcours migratoire, au cours des passages de la vie, lors des difficultés relationnelles, et en extrême solitude. Des personnes qui se confrontent en migration avec l’exil, l’exclusion, et l’inévitable choc culturel qui s’en suit associé à des facteurs sociaux défavorables présents dans le pays d’accueil : les conditions objectives de travail, de vie et d’habitat adverses ; la discrimination et les difficultés relationnelles qui en dérivent ; le difficile procès d’intégration. Le parcours migratoire comporte aussi d’autres difficultés : l’impossibilité de réaliser les rituels ou cultes locaux dans les temples et espaces prescrits par la culture d’appartenance et réinterprétés à travers les profondes transformations individuelles et sociales ; la transgression de tabous alimentaires ; l’évasion des obligations civiles et religieuses envers les contextes d’origine avec lesquels, malgré l’absence de communication verbale, on tisse inlassablement les mailles d’une continuité fragmentée. Ceux-ci et plusieurs autres aspects culturels, individuels et dynamiques, agissent plus ou moins violemment sur le psychique et sur le corps, le déséquilibrent, le fragmentent et ont le pouvoir de le rendre malade.